Atelier Danse Trans-orientale avec Kalisuma

Kalbelia

Danse gitane du Rajasthan (nord de l’inde), dansée par les femmes des communautés gypsies dites “Sapera” , les charmeur de serpents.

Accessible à tous, c’est une danse d’enracinement et d’élévation, terrienne dans son rapport au rythme, et proche des cultures Sufi des nomades d’Asie Centrale.

Elle marque la connexion entre la terre et le ciel, son énergie évoque celle du serpent Cobra, petit serpent noir au venin mortel qui est, selon les légendes indiennes, contrôlé uniquement par les gitans des tribus Sapera.

Kalbelia a comme racine le mot Kali, qui est la couleur noire en Sanskrit, et est également le nom de la forme sauvage et indomptable de la déesse Shakti.

KALISUMA

Danseuse et performeuse passionné par l’inde, elle a fait ses premières performances sur les plages de Goa.

Elle découvre la danse Kalbelia très jeune, dans le film Latcho Drom, de Tony Gatlif, et commence à apprendre cette danse bien plus tard lors de son arrivée à Paris en 2011, avec l’artiste Maria Robin.

Elle a fait par la suite de nombreux voyage en inde dans la région du Rajasthan afin d’apprendre cette danse directement avec les communautés de gitans du désert du

Thar. Elle a décidé de fusionner cette danse atypique avec d’autres disciplines tel que le jonglage ou la danse orientale-tribale.

Son univers est un mélange de cultures indiennes, orientales, tzigane, teinté de cirque, de mystique et d’onirique.

Ses performances ethniques son directement inspirées des danses tribales et fusion, Kalbelia, orientale, hip hop…